Babel
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -38%
Ventilateur de table Rowenta VU2310F0
Voir le deal
19.91 €

 

 Repas d'affaires

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Repas d'affaires Empty
MessageSujet: Repas d'affaires   Repas d'affaires Icon_minitimeJeu 13 Nov - 1:44

Début de soirée dans la ville. Il y a quelques heures à peine, ces rues grouillaient encore d'innombrables fourmis venant se rassasier des entrailles pourries de la ville. Désormais, même elles étaient rentrées à l'abri. Ce qui n'est pas le cas de tout le monde, bien sûr... Glissante sur les pavés d'un pas vif, une silhouette se rapprocha de la porte du club, poussant le battant du coude. Ambiance enfumée, drôle d'odeur mélangée de vin fin, tabac froid et sexes chauds. Drôle d'endroit pour une rencontre.

"- Monsieur ?
- Un salon réservé pour messieurs Z. et F."

Le portier relève la tête de son livre avec un rictus à vous faire revenir le dernier repas au fond de la gorge. Dedans, quelques semi-prostituées de bas étage lèvent les jambes sur scène d'un hémisphère tout en repérant les pigeons qu'elles vont plumer pour le reste de la soirée de l'autre. Dans un coin de la salle, un vieil homme a déjà pris d'assaut une minette dont il tâte le sein avec ménagement pendant que la gamine soupire aux anges.

"- Veuillez me suivre..."

Les vapeurs d'alcool et les effluves d'herbes fines semblaient se soulever de chaque table. Les vieux beaux et les nouveaux riches transpirants de pognon s'excitaient en regardant la viande fraîche se secouer sur la scène. Inutile de dire, il se sentait comme à la maison. Autres passages de portes, et changement d'ambiance. Petit salon tapissé de velours rouge, petite scène avec poteau amovible, table, bouteilles.

"- Je vous en prie...»

Courbette. L'hôte disparait. L'invité s'installe, sort un paquet de clopes et en pose une au coin de ses lèvres. Arrive une jeune fille. La ving-cinquaine, bien en chaire, belles formes généreuses, regard de braise, look de pin-up, une garde-robe tennant plus de la philatélie que du prêt-à-porter, venant se dandiner contre le poteau, puis rapidement contre le lamia. Soupirs, poses lascives, mains promeneuses.

"- Alors, chéri... Comment je peux te faire du bien...
- ...feu...
- ...Qu'est ce que t'as dit ?
- Du feu pour ma cigarette. Et un alcool qui décalque. Non, attends, mets-moi une bouteille de ce que vous avez de plus cher."

Et elle qui s'exécute. Elle en a vu d'autre. Aelthan s'octroie quand même un regard appuyé sur le bas du dos de la jeune fille quand elle repars en coulisse. Il ne faut pas bouder les plaisirs que la vie vous offre de temps à autre, non plus. Ou se faire intégriste. Ou flic. C'est pas lui qui paye la note ce soir, alors il s'en foutait bien. Prenant ses aises dans le canapé, il alluma sa cigarette quelques minutes plus tard, alors que la danseuse était retournée mimer l'acte copulatoire au ralenti avec sa barre d'aluminium.
Revenir en haut Aller en bas
Abel C. Zerach
Archange de Zion
Archange de Zion
Abel C. Zerach


Nombre de messages : 431
Date d'inscription : 03/11/2006

Carte d'identité
Race: Lamia
Génome: Neutre
Signe particulier:

Repas d'affaires Empty
MessageSujet: Re: Repas d'affaires   Repas d'affaires Icon_minitimeJeu 13 Nov - 17:28

" Ce qui peut-être ennuyeux avec une réputation, c’est qu’elle vous précède bien souvent. Cependant, je suis heureux de constater que mon ... hospitalité est plus ponctuelle que moi-même ce soir."

Une voix égale dans laquelle ne perçait pas un soupçon d’agressivité ou d’humeur agacée, un ton aussi froid que le timbre était velouté, se superposa à la musique lascive et syncopée sur laquelle une déesse aux charmes surexposés remuait avec conscience professionnelle ses courbes avantageuses. Le client désigné par la hautement anonyme lettre Z sur le registre des réservations du cabaret lui jeta un regard absent.

Apparemment sa favorite était occupée ailleurs ce soir. Tant mieux, les affaires n’en seraient traitées que plus rapidement et pour une fois ce ne serait pas un mal car il semblait que son "partenaire" avait réellement des tarifs à la hauteur de l’ambition d’un futur crésus.

La silhouette drapée de noir et bleu nuit de l’Archange traversa prestement le salon privé pour venir se poser en face du second lamia, tournant ainsi le dos à la chienne de Babylone qui continuait à se frotter à la barre d’alu comme un de ses congénères frustrés à la jambe d’un passant, dans l’espoir de gagner un pourboire conséquent certainement. Une main aux longs ongles laqués d’onyx plongea dans les profondeurs de la poche du pantalon de costume qui habillait le séant du sieur Zerach et ressortit promptement, nantie du sésame qu’elle brandit indifféremment dans l’air.

Message subliminal dans le geste ainsi que le regard tranchant qu’il lui adressa une fois qu’elle eut dandiné sa pleine lune dévoilée jusqu’à lui : Déguerpis Salomé, ce qui va se passer ici n’est pas du ressort d’une putain au rabais. Mais c’était charmant, merci bien. Elle fourra le papier vert entre sa chair et la lanière de son string et mit les bouts sans demander son reste, gratifiant simplement Abel d’une caresse appuyés sur le cou, remerciement hypocrite qui invitait à venir quérir plus ardemment ses faveurs contre espèces sonnantes et trébuchantes une fois le rendez-vous bouclé. Salope. Enfin, il fallait bien vivre après tout, n’est-ce pas ?

Les pupilles grises revirent jauger le petit insolent qui pensait que note de frais était synonyme de parrainage humanitaire, ainsi que réputation de requin blanc allait de pair avec audace systématiquement cautionnée. Blanc de Noirs. Lisaient-elles sur l’élégante étiquette collée sur la bouteille dont le script aux aristocratiques arabesques justifiait déjà à lui seul le prix exorbitant du cru. Un champagne rare dont le liquide d’un doré plus sombre que les autres, car pressé uniquement à partir de Pinot Noir, laissait danser les fines bulles sur les parois du verre comme l'effeuilleuse l’instant d’avant serpentait voluptueusement. En plus cher et plus enivrant peut-être, quelque part.

L’Archange leva la coupe dont il venait de s’emparer à l’adresse de celui qu’il avait convié en ces lieux et porta un toast… glacial.

"S'il vous plaît, veuillez pardonner le manque de politesse de mon retard. Mais je pense que le tarif auquel j’achète votre précieux temps et votre efficacité se paiera également votre mansuétude."

Décoder : ça mon petit, ne compte pas le faire passer en défraiement professionnel, alors savoure. Savourer. C’est ce que fit Abel, laissant de suite descendre lentement le liquide ambré de son palais jusqu’au fond de sa gorge, prenant une gorgée avant de venir fixer l’acier de son regard dans les yeux de son interlocuteur. Même teinte, mais matinée d’un vert étrange. Il lui sourit. Et maintenant, passons aux choses sérieuses voulez-vous.

La flûte retrouva la planche de verre poli de la table basse et sa main fine le chemin d’une autre poche, celle intérieure de sa veste de costard. Pour en sortir un unique carré de papier souple et brillant, qui se révéla être une photographie. Le lamia la fit glisser du bout des doigts vers l’avocat, assortissant le geste des mots qui donneraient le ton de la soirée :

"Je vous présente monseigneur Ludwig von Sündenacht, mon… bras droit. Exquis n’est-ce pas ?"

L’homme se laissa ensuite aller contre le dossier du confortable siège en demi-cercle, prenant son verre au passage, qu’il porta à nouveau à ses lèvres pleines pour poursuivre la dégustation du nectar. En attendant que le fumeur suceur de sang et de pognon, mais aussi sodomite émérite du barreau et c’était là l’unique raison de sa présence toujours tolérée malgré son attitude, commence à poser les questions d’usage. Allez, donne moi un avant-goût de ton instinct prédateur mon mignon, que je sache si ça vaut le coup de te couvrir d’or ou si je dois plutôt ouvrir la cage aux lions pour tes petites fesses d’arriviste, que tu rencontres des crocs plus aiguisés que les tiens…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Repas d'affaires Empty
MessageSujet: Re: Repas d'affaires   Repas d'affaires Icon_minitimeVen 14 Nov - 14:44

Le lamia observa son hôte du soir étaler son numéro avec un air légèrement blasé en posant sa cigarette dans le cendrier. C'était souvent le problème avec les maîtres du monde, les génies et les dieux : ça finit tôt ou tard par leur monter à la tête. Au moins, la paire de fesses se secouant devant lui procurait un peu distraction, mais même ça, on le lui enlève. Poussant un soupir à peine audible, l'avocat fouilla dans la poche de sa veste pour en extraire une sorte de téléphone portable à large écran et un petit module vaguement rectangulaire à côté. Connectant les deux parties, il passa la boite noire au dessus de la photo à plusieurs reprises jusqu'à ce qu'un petit bippement sonore se fasse entendre.

Puis, il revint siroter son champagne quelques secondes, sans répondre un seul mot pour l'instant. Il garda en bouche le divin liquide avant un nouveau bip. Le portable sur la table affichait une douzaine de portraits. Regardant alternativement l'écran et la photo, il glissa son doigt sur les images pour les éliminer une par une jusqu'à ce qu'il ne reste qu'un visage. Nouveau chargement. Le négociateur répondit enfin, laconiquement, tout en tapant sur son clavier.


" Ludwig, vous dites ? Voyons ça..."

Il n'allait pas rentrer dans son jeu et passer pour le dominé timoré. Si une personne comme lui viens le voir plutôt que sa propre milice ou ses propres services, c'est qu'il avait plus besoin de lui que l'inverse. Il releva le regard quelques secondes vers son hôte avec son air le plus professionnel, il lui répondit avec un petit sourire, comme pour simplement lui faire comprendre qu'il tenait encore compte de sa présence..

"Un accès aux bases de données gouvernementales que j'ai négocié à la suite d'un petit... Service...."

Il fut soudainement interrompu. Le téléphone émit cette fois une sorte de plainte outrée. L'expression de conquête sur le visage de l'avocat tomba subitement.

"...Comment ça, "boudiup"...."

Replaçant sa cigarette au coin des lèvres, il récupéra son téléphone, pressant les touches avec une frénésie soudaine accompagnée d'une expression contrariée sur le visage. Ses yeux se reposèrent sur la photo, revint sur Abel, sur le téléphone quelques instant, comme si un détail semblait lui échapper encore. Il semblait désormais totalement happé par son énigme, pris dans un monde dont lui seul avait les clés. Les sourcils froncés, il grommela sombrement.

"Qu'est ce que c'est que ce bordel..."

Il reprit la photo en main, la retourna pour examiner un éventuel horrodattage, visiblement absent, puis se remit à examiner le côté face, comme à la recherche d'un hypothétique indice. Une goutte de sueur perla sur son front, son souffle devint audible alors qu'il tirait assez fort sur sa clope pour la terminer en une taffe. Il reprit le téléphone pour y taper de nouvelles données pendant quelques longues secondes. Finalement, il poussa un petit soupir presque de fond de gorge, et un sourire revint sur ses lèvres.

"...intéressant... Vraiment intéressant..."

L'avocat sembla soudainement reprendre conscience de l'existence même d'un mode extérieur. Aelthan Ferragun venait de sauter une base de données par tout les trous, et y avait, semble t'il, prit beaucoup de plaisir, bien plus que devant le 105D de l'autre cruche. Ses yeux se reportèrent sur le sieur Zerach alors qu'il s'allumait une autre cigarette, son regard presque en mode "alors, heureuse ?". Prenant encore quelque secondes pour reprendre ses esprit, et après une nouvelle gorgée alcoolisée, il demanda enfin, d'une voix chaude et grave.

"...Alors... Qu'est ce que vous voulez en faire ? Vérification du passé, disparition propre, indimidation ?..."

Parfois, il avait l'impression d'être un gourou proposant ses miracles. La vérité, c'est que les gourous étaient de petites gamines jouant du bout de leur doigts sous la couette. Les avocats étaient les vrais magiciens de ce siècle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Repas d'affaires Empty
MessageSujet: Re: Repas d'affaires   Repas d'affaires Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Repas d'affaires
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Quartier Nord :: Morbid Angels :: Salon privé-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser