Babel
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
-35%
Le deal à ne pas rater :
Climatiseur électrique mobile – TECTRO TP2520 2000 W
114 € 176 €
Voir le deal

 

 Ayesha Wittchen -Zion-

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Ayesha Wittchen -Zion- Empty
MessageSujet: Ayesha Wittchen -Zion-   Ayesha Wittchen -Zion- Icon_minitimeVen 16 Jan - 12:11

Nom : Wittchen
Prénom : Ayesha
Surnom : Alicia (Un doux surnom tendre qui lui vient de sa mère. Passionnée d’Alice aux merveilles et fascinée de voir sa fille dévorer les livres qu’elle lui tendait. La pauvre, comme si elle avait autre chose à faire de toute façon que lire ces ouvrages poussiéreux pour passer le temps)


Âge : 20 ans. Mais un physique trompeur, si l’on peut dire, puisqu’elle n’en fait que 17. Pour elle son âge importe peu. Les journées qui défilent sont comme une boite à musique dont elle ne cesse de remonter le mécanisme à l’aide de cette petite clé qui permet l’éternité d’une certaine manière.
Race : Lamia
Clan : Zion
Rang désiré: Schneewittchen


Description physique :


Als sie das Blut auf den Schnee tropfen sieht, denkt sie:
„Hätt ich ein Kind,
das Haut so weiß wie Schnee,
Lippen so rot wie Blut,
und Haare so schwarz wie Ebenholz.


Telle est décrit la merveilleuse Blanche Neige dans le conte éponyme. Une si belle et douce princesse que le chasseur ne pouvant se résoudre à la tuer, l’a laissé s’enfuir dans les bois… pour servir telle une souillon et avec le sourire s’il vous plait, non pas un mais 7 hommes nains passant leur journée dans les mines dans le but de trouver des pierres précieuses et de l’or. Ayesha a réécrit son propre conte. Et pas question de se contenter du rôle de bonniche auprès de 7 mâles puant qui ont vu dans cette jeune enfant la fin de leurs soucis ménagers. Ses cheveux sont noirs comme de l’ébène et coupés courts aux épaules. Sa peau pâle comme de la neige et les joues à peine colorées de rouge comme les doux pétales d’une rose. Sa bouche aussi rouge que le sang qui laisse deviner deux crocs de bête prêt à mordre et à rassasier. Elle n’est pas très grande, à peine un petit mètre 60 des plus ridicules qu’elle compense avec d’étranges tenues, robe à froufrou et épaules dénudées en toute saison, comme une mode ancienne qui fait surtout rire désormais. Elle a des petits souliers vernis et parfois on la confond avec une poupée de porcelaine. Parfois seulement car il n’y a nulle neutralité au fond de son regard. Elle a seulement l’air d’une princesse de conte, mais on ne sait si le conte n’a pas viré trash à un moment de l’histoire, y mêlant la salsa des vampires du coin. Après tout, la cabane des nains ne devait pas se trouver bien loin de la forêt noire. Il y avait Dracula, maintenant il y a Ayesha, jeune demoiselle au regard vert qui sourit de toutes ses dents, pour mieux te manger mon enfant. C’est comme l’instant du conte où l’enfant ose se cacher sous les couvertures tandis que la voix de la grand-mère prend une étrange note grave: elle avance à petits pas, et se fiche de la neige qui parsème sa chevelure. La marchande de mort, elle ne rêve pas. Elle t’a choisit toi, dieu ne sait même pas pourquoi et aux creux de ses mains, un petit flacon de parfum tandis que son regard acéré se fait plus sadique que celui de la faucheuse elle-même…

Description caractérielle :


Elle est toujours en colère Ayesha. Mais que voulez vous il y a toujours de bonnes raisons de l’être. Elle hait ce monde maudit, elle hait sa nouvelle condition, elle hait ses parents à qui elle doit d’être ainsi aujourd’hui, et elle hait la vie qui lui a prit ces derniers, non pas qu’elle ressente de la tristesse mais elle aurait bien aimé se charger elle-même de ce boulot. Alors maintenant elle tue. Pour rattraper le temps perdu et essayer de satisfaire ce désir brûlant de vengeance qui agite son cœur comme un pauvre petit oiseau terrifié. Le sang, elle aime beaucoup. C’est tout chaud et elle a l’impression de mourir de plaisir à chaque fois qu’une goutte vient se perdre sur sa langue. Les autres appellent cela l’orgasme mais elle est plus pudique quand même. Elle préfère nommer cet étrange sentiment « fruit défendu ». C’est quand même plus chic et elle tient à sa bonne éducation. La seule chose qu’elle ne pourra pas reprocher à ces deux imbéciles qui ont trouvé l’astuce de crever après lui avoir refourgué cette maudite pilule. Dans le genre pomme empoisonnée, on n’a pas fait mieux vous ne trouvez pas ? Les poisons… oh comme elle adore jouer ainsi. On lui aurait offert le coffret du parfait petit chimiste terroriste à son dernier Noël, certainement n’aurait-elle pas été aussi heureuse qu’en trifouillant ses flacons dans son petit laboratoire secret, juste à côté de la bibliothèque, concoctant des mélanges toujours plus délirant avant de les tester sur ses futurs repas. Bon, il est vrai que le sang en est un peu gâché mais quel plaisir de les voir agoniser dans des gémissements de souffrance. Parfois on a des petits bonus, comme les yeux qui se liquéfient ou le vomissement des entrailles de la pauvre victime. Dans ces moments là, avec une curiosité au fond des yeux comme celle du scientifique devant une étrange mais palpitante découverte, elle observe la scène, bien installée dans son fauteuil, faisant fi de leurs suppliques. Une chose est certaine, ils n’ont jamais apprit à mourir en silence, même la langue arrachée. Sadique elle ? Si peu.


Style de combat et armement : La mort est le plus doux des poisons. Blanche neige croque la pomme mais elle préfère pour ce jeu le rôle de la marâtre. Fiole, aiguilles, parfums, elle se pique de créer le plus magistral des venin, comme la Mort aiguise sa faux en ricanant méchamment.
Signes particuliers : Un amour passionnel pour les contes. Elle possède sa propre collection dans la demeure familial et nul ne possède le droit d’effleurer les couvertures de ces livres aux pages maintes fois dévorées de la plus tranquille des manières.


Histoire :

Lasse
D’attendre la mort


Tout pourrait se résumer ainsi. Malheureusement il n’y a pas de résumé pour la vie. Alors imaginez celui d’une immortelle. Elle est née un jour. Et ce jour là elle est tombée malade. Et depuis ce jour elle n’a eut de cesse de tomber malade. Au bout d’un moment elle n’a pas été la seule à être lassée. Mais que voulez vous la pudeur familiale fait taire au moment du dîner. Quand avant de manger la soupe de bonne maman on vomit tripes et boyaux. Et cela donne ? Une cellule capitonnée. Blanche comme de la neige. Avec une fenêtre en bois d’ébène. Mais une fenêtre à triple vitrage. A laquelle on a finalement rajouté des barreaux. Ben oui il voulait s’enfuir l’autre. L’autre elle se recroqueville sur son lit merci à cause de vos bêtises. Et elle tousse encore plus fort. Et il y a une goutte de sang sur les draps. Et elle croit qu’elle va bientôt mourir. Ah ben elle devrait jouer au loto avec une telle logique ! Système immunitaire euh… absent. Laissez un message après le bip sonore. Et ses parents qui sont spécialisés dans la recherche en plus. Chez Zion. Des brillants médecins qui ont été les premiers à créer la pilule. Imaginez un peu leur ridicule. Ils créent l’immortalité et ils sont même pas capables de soigner leur propre fille. On applaudit avec les deux mains merci. Et on essaye de ne pas participer à un cours d’anatomie en direct live devant les poupées de porcelaine et les ours en peluche même si on a 14 ans en leur exposant de merveilleux intestins ainsi que quelques morceaux de poumons qui se baladent. Elle est sur le déclin. Comme le crépuscule. Elle en a marre. Marre de voir ses livres préférés aux pages tâchés de sang séché. Marre de devoir porter un masque devant le visage alors que la pièce elle-même est aseptisée. Marre d’apercevoir par la fenêtre le chat du voisin qui se balade dans le jardin comme si la vie n’avait pas d’importance. Elle en a de l’importance ! Et crever dans un lit abandonnée de tous et méconnue des autres ce n’est pas le vœu qu’elle a fait. Alors elle les engueule les deux niveaux. Au lieu de vomir du sang elle vomit sa haine. Et à 17 ans pendant qu’ils découvrent un pouvoir que l’on n’avait jusqu’à présent donné qu’à Dieu, leur fille se fait une raison. Ils sont si bêtes et si inutiles de toute façon que leur demander un miracle ça serait comme prier le ciel de séparer la mer en deux. Séparer la mère en deux… Ah tiens c’est une bonne idée de vengeance ça. Avec un couteau affûté en plus ça devrait pouvoir le faire. En parlant du loup, c’est la mère qui entre. Et dans le panier de Blanche Neige il y a quoi ? Quelques regards haineux et un silence buté. Finalement ils ont trouvé la solution. La pilule. Bon certes elle vient juste d’être créé. Et elle n’est pas encore bien au point. Mais on n’a rien à perdre de toute façon. C’est une décision difficile et elle doit bien le comprendre. Qu’Est-ce qu’il y a à comprendre de toute façon ? Soit elle vie comme Dracula. Soit elle meurt. Alors tant qu’à choisir… Elle ne devine pas que pour ses parents ça a été un choix monstrueux à faire. Car eux ils savent comme c’est l’extérieur. Et les Lamias c’est pas vraiment ce qu’il y a de plus populaire comme race. Déjà qu’eux en tant qu’humain ils subissent les foudres de leur concitoyens. Il y a déjà des pierres qui ont été jeté sur leur voiture. Leurs noms ont été cités dans des congrès extrémistes. Ils savent tout ça. Et ils préféreraient encore qu’elle meurt. Pour ne pas qu’elle subisse ça. Mais c’est à elle de choisir. Et le mot oui n’a pas franchit ses lèvres qu’elle a déjà avalé la pilule. Après…




Après c’est comme la mort. Mais en beaucoup plus pire. C’est la souffrance. La pire des maladies. C’est une torture. Et elle n’a jamais autant prié pour mourir. Elle veut mourir. Elle doit mourir. Elle va mourir. Ce n’est pas possible. Ce n’est pas humain ! Bingo ma chère. T’as tapé dans le mille. C’est absolument pas humain. On appelle ça devenir un Lamia. Répète après moi. L. AAAA. M. I. AAA. C’est bien. Entre deux cris de souffrance tu arrives à le prononcer à peu près correctement. Il faut que tu comprennes que tu devais mourir. La vie n’accepte pas l’immortalité. Non ne t’inquiète pas-tu ne seras pas vraiment un zombie. Déjà de sûr tu seras beaucoup plus belle. Disons… Disons que tu seras comme Dracula. C’est chouette non ? Oui bon ça inclut de boire du sang. Et pour l’instant tes parents n’ont pas trop d’idées. Alors ils se dévouent à tour de rôle. Un verre chacun toutes les 4 heures. Pire qu’un bébé qui vient de naître. Mais tu as faim. Et tu aimerais bien boire tout leur sang. Planter tes crocs dans leur gorge. Te venger. Ce verbe il t’est doux à l’oreille. Tu aimerais tant les tuer. Car ce que tu entrevoyais en avalant la pilule c’était la liberté. Et maintenant ? Tu restes encore dans ta chambre. Et les tâches qui parsèment tes draps ce n’est plus ton sang à toi. Tu es encore prisonnière. Mais maintenant que tu sais que tu peux exister. Oui pas vivre hein ça serait trop demander. Donc maintenant que tu sais que tu peux exister tu veux sortir. Tu veux voir le monde. Et eux ils sont tes geôliers. Et ils doivent sentir la mort qui se lit dans tes yeux. Car maintenant étrangement ils viennent de moins en moins souvent. Ils sont entrain de travailler sur la pilule. Ils ont réussit tu comprends c’est un succès ! Alors Zion leur en demande toujours plus. Et ils n’ont plus de temps pour leur fille. Et un jour ils n’ont plus de temps du tout. Les humains ne les ont jamais aimé de toute façon. Parce qu’ils sont responsables de tout. Alors ils ont été les premières victimes. Bien entendu Zion les a vengé comme il se devait. Et Zion ne t’a pas laissé toute seule dans cette chambre. Non Zion t’a ouvert la porte. Elle t’a permit de tuer ce foutu chat qui te narguait. Et Zion t’a offert une liberté bien plus belle que tu ne l’avais imaginé. Ainsi qu’un emploi. Un travail. Et quel travail ! Celui de la faucheuse en personne. Quand il ne s’agit pas bien sûr d’espionner. Tu apprends avec assiduité. Tu deviens l’une des premières Serafim. Et tu es douée en plus. De toute façon on l’a toujours dit: avec de la passion on effectue beaucoup mieux son métier. Et tu es passionnée. Tu apprends à tuer plus lentement. A savourer cet instant qui te rappelle ton propre déclin. Ce que tu as évité grâce à eux. A cause d’eux. Tu les regardes mourir. Alors tu commences à parfaire tes mélanges. A avoir des idées. Et Zion te surveille. C’est à la fois un père et une mère. C’est une famille. Et toi tu l’aimes cette famille. Tu te donnes à elle entièrement. Comme une gentille enfant sage.
Revenir en haut Aller en bas
Abel C. Zerach
Archange de Zion
Archange de Zion
Abel C. Zerach


Nombre de messages : 431
Date d'inscription : 03/11/2006

Carte d'identité
Race: Lamia
Génome: Neutre
Signe particulier:

Ayesha Wittchen -Zion- Empty
MessageSujet: Re: Ayesha Wittchen -Zion-   Ayesha Wittchen -Zion- Icon_minitimeVen 16 Jan - 19:06

Que dire, si ce n'est que voilà une bien belle fiche... originale, à l'écriture assez captivante je dois dire.

Bienvenue à vous jeune dame.
Vous voici arborant officiellement la couleur de ce sang que vous aimez tant...

Il faudrait vraiment que je songe à relancer la machine, ce serait dommage
Revenir en haut Aller en bas
 
Ayesha Wittchen -Zion-
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Zion
» Alice Blue [Zion]
» Abel Zerach [ Dirigeant de Zion]
» Eresys "Geisha" [Zion]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: [Demandez et l'on vous donnera.] :: Présentations :: Fiches Validées-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser